Style d'attachement ou trouble d'attachement? 2/2

Dernière mise à jour : 30 nov. 2021

Merci d'être encore là! Ce sujet me passionne réellement depuis des années et j'ai vraiment le goût de vous partager ce que j'ai appris avec le temps.


Nous avons parlé un peu du trouble d'attachement dans la publication précédente ... mais qu'en est-il des styles d'attachement ?


Je vous fais un résumé ici de mes recherches sur le sujet. Il est à noter que les % de chacun des styles varie un peu d'une référence à l'autre (selon les différentes recherches sur le sujet), mais je crois que cela donne quand même une bonne idée de la répartition.


La théorie de l'attachement répartit les styles en 4 catégories :


Attachement sécurisant. La figure d’attachement est une base sécurisante d’exploration de l’environnement et l’enfant recherche les contacts physiques lorsqu’il le retrouve.

Attachement anxieux-évitant. L’enfant explore son environnement seul, mais évite la figure d’attachement lorsqu’il le retrouve.

Attachement anxieux-ambivalent. L’enfant éprouve de la difficulté à se séparer de la figure d’attachement, mais il évite les contacts lorsqu’il la retrouve.

Attachement désorganisé-désorienté. Toute stratégie de l’enfant pour affronter la détresse avec l’aide de la figure d’attachement échoue. L’enfant affiche une série de comportements qui ne peuvent pas ou ne réussissent pas à réduire son stress auprès de la personne qui s’occupe de lui.

- Les définitions ci-dessus sont tirées du site : Les troubles de l’attachement | Santé mentale et développement | Les soins aux enfants néo-canadiens (enfantsneocanadiens.ca)


- Les tableaux ci-dessus sont tirés du site : Les styles d’attachement | Guide-attachement-pour-les-parents (wordpress.com)


Alors, si on revenait sur le cas de cet enfant n'ayant pas encore reçu son diagnostic TSA (et même s'il l'avait ? il faudrait quand même se poser plusieurs questions!) ...


Considérant que :
- Cet enfant ne peut pas communiquer, ni oralement ni par la langue des signes et ne comprend pas comment utiliser les outils technologiques ...
- Sa famille ne comprenant pas ses besoins (pas par un manque d'efforts) ne pourront pas répondre à ses différents besoins (physiques, affectifs) ...
Je crois profondément* que cet enfant n'a pas eu l'opportunité de développer un style sécurisant et qu'il se retrouve dans une des trois catégories mentionnées ci-dessus.

*Mon commentaire ne se veut pas un diagnostic! C'est mon humble opinion selon la brève analyse que j'ai pu faire des informations disponibles. Les comportements dérangeants de cet enfants expriment des besoins non-répondus, une frustration de ne pas être compris et possiblement une détresse affective.


Mon expérience sur le terrain m'a amenée à rencontrer de nombreux enfants en situation ''d'opposition''. En voici quelques-unes :


- Un enfant entendant, né d'une mère sourde ne l'entendait pas pleurer lorsqu'il était tout petit. Cette mère, et ce même si elle adorait son enfant, n'a pas pu répondre de façon adéquate au besoin de son bébé puisqu'elle ne l'entendait pas pleurer. Cet enfant a développé des comportements très ambivalents envers sa mère. Il l'aimait et cherchait une proximité avec elle, mais s'opposait à tout ce qui venait d'elle... Celui-ci ne pouvait pas accepter de lui faire confiance et les crises étaient fréquentes et intenses. Un long travail au niveau relationnel entre la mère et l'enfant a du être mis en place.


- Un enfant né de parents toxicomanes a cessé de pleurer. Il a tout simplement compris , même étant poupon que demander de l'aide ne lui servirait à rien. Que l'adulte ne viendrait pas. Cet enfant a appris à se débrouiller seul, car l'adulte n'était pas digne de confiance.


- Un enfant prématuré a passé de nombreuses semaines dans un incubateur. Sa mère souhaitant le prendre dans ses bras ne pouvait pas le faire. Elle ne pouvait pas lui démontrer tout l'amour qu'elle avait pour lui. Bébé a reçu des soins physiques, mais n'a pas reçu la réponse à ses besoins affectifs, même si sa maman l'adorait plus que tout au monde. Cet enfant a donc grandit en enchainant crises, agressivité, opposition, difficultés relationnelles dans le milieu scolaire (opposition, bataille, etc) et celles-ci ont persistées à l'âge adulte.


- Un garçon a connu 11 familles d'accueil avant l'âge de 5 ans. Chaque fois, il s'est fait promettre de bons soins et de l'affection. Chaque fois, il a vécu un nouvel abandon (l'équivalent d'une peine d'amour). Les crises ont découragées ces personnes bien intentionnées qui l'ont rapidement abandonné malgré leurs bonnes intentions et les belles promesses ... prouvant qu'il n'avait aucune valeur et que les adultes ne sont pas dignes de confiance. L'intensité et la fréquence des crises sont allées en augmentant puisque c'était la façon qu'il avait de prouver que chaque nouvelle famille ne pouvait prendre soin de lui. Les répercussions sur la vie de cet enfant furent catastrophiques. Faire confiance à un adulte, c'est se mettre en danger.


Que ce soit par négligence dans le milieu de vie de l'enfant, une situation hors du contrôle du parent ou encore par un retard de développement (langage, déficience, autisme, etc) ... on développe tous un style d'attachement.


Sachant que ...
Seulement 1% de la population présente un trouble d'attachement;
Environ 50% de la population présente un style d'attachement sécurisant;
Il reste quand même près de 50% présentant des styles d'attachement insécurisant qui amènent un lot de défis en petite enfance ... mais qui persistent à l'âge adulte si ces difficultés ne sont pas adressées !

Moi, ça me parle vraiment beaucoup. J'en ai énormément appris sur mon propre style d'attachement.


Et toi ? Qu'en penses-tu ?


Est-ce que tu as identifié ton style d'attachement ?



369 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout